Littératures en traduction | Collection bilingue

Fabio Pusterla | Une voix pour le noir. Poésies 1985-1999

Rut Plouda | Comme si de rien n'était/Sco sca nüglia nu füss

Daniele Pantano | Dogs in untended fields/ Chiens dans des champs en friche

Alberto Nessi | Poèmes choisis, 1969-2009

Andri Snær Magnason | Bônus + 33%

Francesco Micieli | Ich weiss nur, dass mein Vater grosse Hände hat / Je sais juste que mon père a de grosses mains

Klaus Merz | Hart am Wind/Tout près du vent

Leopoldo Lonati | Le parole che so / Les mots que je sais

Pierre Lepori, Qualunque sia il nome / Quel que soit le nom

Thilo Krause | Und das ist alles genug / Et tout cela suffit

Nora Gomringer | Klimaforschung/Recherche climatique

Zsuzsanna Gahse / Logbuch - Livre de bord

Américo Ferrari | Figura para abolirse/Figure pour s'abolir suivi de La fête des fous/Fiesta de los locos Forteresse européenne et les réfugiés

Beat Christen | Leer réel

Pierre Chappuis | Pleines marges

Erika Burkart | Langsamer Satz/Mouvement lent

Yari Bernasconi | Nuovi giorni di polvere/Nouveaux jours de poussière

Fabiano Alborghetti | Registro dei fragili / Registre des faibles

Fabiano Alborghetti | L'opposta riva/La rive opposée

Leonardo Zanier | Libers di scugnî lâ/Libres de devoir partir/Liberi di dover partire Poèmes 1960-1962

Alberto Nessi | Ladro di minuzie / Voleur de détails, Poesie scelte / Poèmes choisis, 1969-2010

Alberto Nessi
Ladro di minuzie / Voleur de détails
Poesie scelte / Poèmes choisis, 1969-2010

Traduit de l'italien par Christian Viredaz

01.09.2018 | 14 x 21 | broché | 128 p.
ISBN 978-2-8290-0549-7
CHF 24.- | € 14.-

 

 

 

Alberto Nessi, est l’un des auteurs actuels les plus reconnus de Suisse italienne. Christian Viredaz, le traducteur, propose dans ce livre une anthologie de tout son parcours poétique ; depuis le premier recueil I giorni feriali (Lugano, Pantarei, 1969), jusqu’à Ladro dei minuzie, « un choix de textes écrits entre 1969 et 2009 ». Cet ouvrage montre au lecteur, et notamment à celui qui ne connaîtrait pas Nessi, une voix qui frappe et étonne par sa cohérence (sur une période de quarante années !), forte d’un style narratif limpide et d’un engagement social constant avec une humanité qui « sans ignorer la lutte des classes, n’est pas vouée à la revanche historique » selon les mots de Mengaldo. La nature y apparaît celle d’aujourd’hui ou celle d’hier : la nature qui résiste au progrès forcené, mais devient toujours plus fragile, faible. Et de nombreux personnages du quotidien y prennent la parole pour parler de la vraie vie à travers la plume d’un auteur qui, étudiant déjà, « reniflait la poésie dans les compartiments de deuxième classe plutôt que dans les séminaires de littérature ».


 

Alberto Nessi est né en 1940 à Mendrisio. il a publié des romans, des récits, des nouvelles, de la poésie et des essais.
Voir le site internet 
 
Christian Viredaz est né à Oron-le-Châtel (VD) en 1955. Il a publié cinq recueils de poèmes entre 1976 et 1996, et traduit une vingtaine d’ouvrages, de l’italien surtout, depuis 1981. Il a également travaillé de 1989 à 2000 comme traducteur à la Croix-Rouge suisse et, depuis 2001 à l’Office fédéral des assurances sociales, à Berne. D’Alberto Nessi il a traduit Milò, La Nuit et le Pétale, Le Marteau de Tchékhov, Fleurs d’ombre, La Couleur de la Mauve, Le Train du Soir et Terra matta. Pour les éditions d’en bas, il a traduit, Giovanni Orelli, Le train des italiennes, et, de l’allemand, il a traduit la trilogie de Francesco Micieli, Je sais juste que mon père a de grosses mains, Le rire des moutons, Mon voyage en Italie, et Franz Hohler, Le Déluge de pierres.

 


TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg