Blog

Sika Fakambi, traductrice de «Notre quelque part» de Nii Ayikwei Parkes, Zulma

Conseil de lecture: Nii Ayikwei Parkes, Notre quelque part, publié chez Zulma et surtout traduit par Sika Fakambi. À ce sujet lire attentivement l'entretien qu'elle a eu avec le magazine en ligne www.actualitte.com.

Pour ceux et celles à qui cet échange plaira: amusez-vous à mettre en regard cet entretien avec celui de notre entrée dans ce blog en date du 12 juil. sous le titre Quaderna: entretien de Caroline Zekri avec Christophe Mileschi au sujet de sa traduction en français du texte important de Luigi Meneghello, Libera nos a malo, publié chez l'éclat.

Et pour poursuivre ce tricotage: lisez l'introduction de Daniel Rothenbühler, «À l'approche de l'indicible», à la traduction en français par Christian Viredaz en version bilingue du premier tome de la trilogie de Francesco Micieli: Ich weiss nur, dass mein Vater grosse Hände hat / Je sais que mon père a de grosses mains. Et aussi, la postface de Daniel Rothenbühler, «Étranger au monde et à sa propre écriture», à la trilogie de Francesco Micieli, traduit en français par Christina Viredaz, Je sais juste que mon père a de grosses mains / Le rire des moutons / Mon voyage en Italie. Ces deux ouvrages sont parus aux Éditions d'en bas. Nous allons mettre ces deux textes en téléchargement libre sous peu.

<< Retourner à la page précédente

TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg