Janine Massard | De seconde classe

Janine Massard
De seconde classe
Récit de voyage

2016 | 11.5 x 16.5 | broché, collé | 156 p.
ISBN 978-2-8290-0536-7
12 CHF .- | € 10.-

Collection en bas poche 016

 

 

 

Cet écrit reconstitue toutes sortes de déplacements individuels en train, entre1963 et 1967. La toile de fond en est le passage des frontières malgré la guerre froide, car pour se déplacer de Trieste à Sofia ou Istanbul, ou de Trieste à Athènes, passeports et visas étaient encore nécessaires. L’idée de traverser un pays dit communiste, telle la Yougoslavie pour aller en Grèce, ou encore la Bulgarie pour voir la Mer Noire, effrayait beaucoup de personnes, on nous prédisait que nous ne reviendrions pas... Et les lignes ferroviaires, qui s’étiraient d’un bout à l’autre de cette immense région, étaient pleines de surprises, certains secteurs n’étaient pas encore électrifiés, on empruntait les trains à vapeur et on était content quand on arrivait à destination.

Mais pourquoi donc étions-nous fascinés par ces pays peu sûrs tandis qu’en Suisse on avait de bien meilleurs trains qui tous fonctionnaient à l’électricité, d’une ponctualité et d’une propreté irréprochables, nous demandait-on ? Malgré la méfiance envers ces contrées, les gens commençaient à gagner suffisamment bien leur vie pour se permettre des rêves, c’étaient les Trente Glorieuses, les chemins de fer ouvraient les portes de l’ailleurs et acheminaient les voyageurs vers des lieux où la mer les attendait. L’avion, encore très coûteux, n’était accessible qu’aux classes aisées.
Alors, pour voir le monde à un prix raisonnable, on acceptait de se laisser bercer par les takataka du train, quarante huit heures pour aller de Lausanne à Athènes ou Sofia, en passant par la Yougoslavie, avec des visas bien sûr. Toute une population se déplaçait de la sorte: des étudiants, des Arabes avec leur tapis de prière sur l’épaule, une dame d’un certain âge sortie pour la première fois de son île yougoslave et qui doit absolument rejoindre son  ls malade à Helsinki... un musicien soviétique qui, son violon à la main, veut entrer en Italie, cela s’appelait choisir la liberté.

Janine Massard a écrit ce premier récit entre 1972 et 1973 qui a été publié par un éditeur français Le Temps parallèle, sis à Eygalières dans les Alpilles, en 1978. Il n’a guère connu de presse, de di usion ou de fortune : une quasi nouveauté. Elle a publié son deuxième récit, La pe- tite monnaie des jours, en 1985, aux Éditions d’en bas, qui a connu une deuxième édition dans en bas poche en 2013.

 Sur les routes des années 60 avec Janine Massard - Gauchebdo 20.10.2016


TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg