Collection bilingue

Leonardo Zanier | Libers di scugnî lâ/Libres de devoir partir/Liberi di dover partire Poèmes 1960-1962

Rut Plouda | Comme si de rien n'était/Sco sca nüglia nu füss

Francesco Micieli | Ich weiss nur, dass mein Vater grosse Hände hat / Je sais juste que mon père a de grosses mains

Nora Gomringer | Klimaforschung/Recherche climatique

Zsuzsanna Gahse / Logbuch - Livre de bord

Américo Ferrari | Figura para abolirse/Figure pour s'abolir suivi de La fête des fous/Fiesta de los locos Forteresse européenne et les réfugiés

Beat Christen | Leer réel

Arno Camenisch, Sez Ner

Erika Burkart | Langsamer Satz/Mouvement lent

Fabiano Alborghetti | Registro dei fragili / Registre des faibles

Leopoldo Lonati | Le parole che so / Les mots que je sais

Pierre Lepori, Qualunque sia il nome / Quel que soit le nom

Leopoldo Lonati | Le parole che so / Les mots que je sais

Leopoldo Lonati
Le parole che so / Les mots que je sais
Traduction de l'italien par Mathilde Vischer et Pierre Lepori
Préface de Daniel Maggetti
Postface de Pierre Lepori
Collection bilingue - Coédition CTL et SPS

2014 | 12.5 x 21 | relié | 144 p.
ISBN 978-2-8290-0467-4
CHF 28.- | € 14.-

 

 

E parlavamo mille lingue tutte
Ugualmente pulverulente pronti
A crivellarlo di colpi gli abbiamo
Dato una voce
                                                                                        inutile

Si è tuffato da sempre in uno slargo
                                                                                         di sangue

 

Et nous parlions mille langues toutes
Également pulvérulentes prêts
À le cribler de balles nous lui avons
Donné une voix
                                                                                         inutile

Il a plongé depuis toujours dans une aire
                                                                                         de sang

 

Leopoldo Lonati est un poète de la raréfaction qui exprime l’émotion dans une fulgurance où la langue est condensée au plus haut point. Ce recueil qui explore parfois des voies réflexives et qui s’ouvre à une poétique où, par exemple, l’usage de la forme du requiem est bousculé et où les déplacements d’une langue sont marqués par une tension verticale comme dans « l’Office des ténèbres » qui conclut le recueil. Ainsi des envolées lyriques presque mystiques se trouvent contrebalancées par des chutes ironiques. (Pierre Lepori)

 

 

 


 

TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg