Marcel Maillard | On était sport ! Une jeunesse genevoise, 1908-1930

Marcel Maillard
On était sport ! Une jeunesse genevoise, 1908-1930

Parution : 25.08.2016 | 13.5 x 21 | broché, collé| 144 p.
ISBN 978-2-8290-0535-0
CHF 21.- | € 15.-

 

 

 

Gamin du quartier populaire de la Servette à Genève, dans les années 1910-1920, Marcel Maillard rédige ses souvenirs vers 1975 pour raconter sa jeunesse à ses enfants : une éducation catholique étriquée, le football dans la rue, ses débuts dans le journalisme sportif et politique, son engagement socialiste puis anarchiste, enfin son procès pour objection de conscience et le régime subi en prison. On découvre un homme au caractère affirmé, critique envers la société, pétri de doutes, éloquent, voire fanfaron.
« Chaque élève devait donner devant toute la classe une conférence sur un sujet de son choix. [...] La “défense du sport moderne” eut le don de réveiller d’emblée tout le monde et de les tenir en haleine jusqu’au bout. Dite d’une voix de stentor, où l’indignation le disputait à l’enthousiasme, elle avait le ton des discours électoraux de l’époque. »
Le récit vif, les qualificatifs percutants, le vocabulaire parfois cru font revivre un jeune homme plein de fougue.
Texte présenté et annoté par Marianne Enckell, en collaboration avec Corinne George Maillard, Alix Heiniger et Geneviève Heller.

Marcel Maillard (1908-1976). Objecteur de conscience, il avait été condamné le 11 décembre 1929 à 3 mois de prison et à 3 ans de privation des droits civiques. Il collabora par la suite au Réveil anarchiste et fut l’un des animateurs du groupe La Jeunesse libertaire fondé à Genève en 1932. Début 1931, toujours pour avoir refusé le service militaire, il avait été condamné à une nouvelle peine de 4 mois de prison et 4 ans de privation des droits civiques. En 1944 il fut une nouvelle fois condamné pour avoir refusé d’acquitter les impôts militaires.
Marcel Maillard, qui avait cessé tout militantisme après la Seconde guerre mondiale, est décédé à Zürich en 1976 après avoir rédigé des mémoires.


TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg