Editions Demoures

Jean-Luc Godard | Lettre à Freddy Buache

Vahé Godel | Zones frontières

Ed Mcbain | Soupe aux poulets

Fernand Cuche | Un agriculteur engagé

Daniel Varenne & Bertola | Dernière saison – Dernier enfer

Mariella Mehr | Lamioche

Denis Johnson | Un pendu ressuscité

Léonard Gianadda | Un bâtisseur converti à l'art

Edward Schaper | La légende du quatrième roi

B. M. Spright | Dieu était sur le mur

Croisière bestiale | Ennio Maccagno

Mariella Mehr | Noir sortilège

Jean Mohr | Au bout du monde

Peter Bichsel | Chérubin Hammer et Chérubin Hammer

John Fante | Rêves de Bunker Hill

Derek Walcott | Rêve sur la Montagne au Singe

Mariella Mehr | Lamioche

Mariella Mehr
Lamioche
Traduit de l'allemand par Monique Laederach. Illustrations de Stefano Ricci

Editions Demoures
Mai 1999 | 20,5 x 14 | broché | 176 p.
ISBN 978-2-940244-09-6

 

 

« Quand nous serons grandes, dit Lamioche à Lamioche, on tuera l’un d’eux. » Lamioche n’a pas de nom, ni droits. Elle vit ainsi chez ses parents nourriciers, régulièrement corrigée par le père, contrainte sexuellement par le locataire et vitupérée par la morale acide de la mère. Celui qui abuse d’elle ne risque rien, mais cela ne le rend pas heureux pour autant. Le roman de Mariella Mehr –première partie d’une trilogie – décrit la vie malheureuse d’une enfant adoptive dans une communauté elle-même stigmatisée comme marginale. Il n’y a plus de frontière entre le bien et le mal, entre le juste et le faux. Lamioche est une regrettable victime qui est tourmentée et méprisée et qui supporte muette toutes les agressions, mais elle sait aussi se défendre, car : « Quand nous serons grandes, dit Lamioche à Lamioche, on tuera l’un d’eux. » De façon impressionnante et angoissante, le roman décrit une atmosphère stupidement étouffante, hypocrite et agressive, qui finit par rendre tout le monde à la fois auteur et victime, sans échappatoire. L’autrice a trouvé pour cette misère une langue impulsive, expressive. Glacée, cassante, avec une franchise provocante et tombant souvent dans un balbutiement grammatical, elle confère une voix surtout au mutisme hagard de l’enfant, accusant radicalement les traits pour capter la réalité. Mariella Mehr est elle-même issue d’une famille de gens du voyage dont les membres ont été arrachés les uns aux autres dans les années 50, dans le cadre de l’action « Enfants de la grand-route ». (Beat Mazenauer, trad. par Christian Viredaz) LittératureSuisse

 

 

Mariella Mehr, née le 27 décembre 1947 à Zurich d'une mère jenisch [communauté tzigane], est une écrivaine suisse. Elle grave sur le papier la mémoire de cette communauté.

Monique Laederach née le 16 mai 1938, aux Brenets, à la frontière franco-suisse, et décédée à Peseux le 17 mars 2004 est une écrivaine, une poétesse, critique littéraire et traductrice neuchâteloise.

TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg