Pierre Chappuis | Pleines marges

Pierre Chappuis
Pleines marges suivi de L'Autre, le Même


Publication quadrilingue, traduit en allemand par Luzius Keller, Erfüllte Ränder, en vallader par Rut Plouda, Sün üna pagina alba et en italien par Marisa Keller-Ottaviano, Margini pregni. Le projet est dirigé par Luzius Keller.

À paraître 2017 | 19 x 20.5 | broché | 176 p.
ISBN 978-2-8290-0546-6
CHF 28.- | € 20.-

 

 

Le recueil Pleines marges, dont Pierre Chappuis est l’auteur, est exemplaire d’une poésie qui surgit à l’instant. En cela, il répond aux notions développées par Gaston Bachelard quant à l’instantanéité et à la discontinuité, comprises dans une structure qui, paradoxalement, les exprime. Comme la vision d’un paysage qui se module à chaque pas, le parcours poétique procède de surprises soudaines. Aussi, espace géographique et espace littéraire se confondent-ils, au point que la métaphore se trouve bouleversée. Les repères – références et signifiances –, ainsi pleinement épuisés, fondent l’oeuvre de Pierre Chappuis. Le poème est au centre, mais on a l’impression que l’essentiel est dans les marges, entre parenthèses. C’est un peu comme si le poème ne se suffisait pas à lui-même, il a besoin pour pleinement exister du rappel de la circonstance qui l’a fait naître : « (de la fenêtre) », p. 55, « (avant l nuit complète) », p. 56, « (mentalement, Paul Klee) », p. 57, etc. – ce qui enlève, en conséquence, toute forme d’autonomie au texte, et rappelle qu’à l’origine du poème, il y a toujours quelque chose qui lui est extérieur, qui le précède, et dont le poème ne garde peut-être qu’une trace lointaine (« Au matin, la neige »). Or cette trace, aussi imparfaite soitelle, est maintenant acceptée comme un bien – alors qu’auparavant, l’écriture considérait cette trace comme un manque, et la rejetait dans les marges. La parole est intermédiaire, elle est toujours indirecte, procède par réverbération ou écho ; elle ne peut que suggérer (mais ce n’est plus le rêve mallarméen, c’est maintenant le cauchemar de la poésie contemporaine) des situations qui permettraient d’appréhender l’être.

Pierre Chappuis Né en 1930 à Tavannes, dans le Jura bernois, Pierre Chappuis a fait une maturité à La Chaux-de-Fonds avant d’obtenir une licence ès Lettres à l’Université de Genève et d’enseigner le français et l’histoire au gymnase de Neuchâtel de 1952 à 1993. Depuis 1969, il a publié des recueils poétiques, des notes réflexives et plusieurs ouvrages en collaboration avec des peintres. Pierre Chappuis est également critique de poésie et auteur de quelques essais.


TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg