Jean Batou | Quand l'esprit de Genève s'embrase, Au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932

Jean Batou
Quand l'esprit de Genève s'embrase, Au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932
 

2013 | 215,2 x 22,9 | broché | 2 cahiers ill. et photos n/b de 16 pages | 560 p.| 
ISBN 978-2-8190-0442-1
CHF 34.- | € 21.-

 

 

Dans quelles circonstances l'armée tire-t-elle sur une foule désarmée, à ­l’issue d’une manifestation antifasciste, le 9 novembre 1932, à Genève, ­faisant treize morts et une centaine de blessés ? Qui en donne l’ordre ? S’agit-il d’une ­formidable bavure ou d’un coup de force prémédité, même si toutes ses conséquences n’ont pas été anticipées ? Pourquoi, durant ces années de crise, aucun autre canton suisse, ni aucun autre pays démocratique européen, n’a connu une telle répression des classes populaires ? La Cité de ­Calvin, ­Rousseau et Dunant, siège de la SDN et de la Conférence du désarmement, n’aurait-elle pas dû en être justement exemptée ? Une relecture approfondie d’un sujet controversé, à partir de nouvelles sources et d’une grille de questions inédite. Une enquête historique sur fond de luttes sociales, qui n’a rien à envier à un roman noir. D’un côté, une caste patricienne calviniste, endogame, enrichie par la finance et l’immobilier, soudain hébétée par le krach de la Banque de Genève et les menaces du fisc français. De l’autre, des classes populaires, recomposées par l’afflux de jeunes travailleurs du reste de la Suisse, précaires et stigmatisées, qui se reconnaissent dans un quotidien, Le Travail, et dans des hommes comme le dirigeant socialiste Léon Nicole et l’anarcho-syndicaliste Lucien Tronchet. Entre les deux, un monde rural trop étroit et une petite bourgeoisie trop divisée pour servir d’arbitre. En suivant à la trace le 1er lieutenant qui a commandé le feu, l’auteur nous fait découvrir les réseaux du « camp de l’ordre » à Genève et à Berne. Cet officier jouera aussi un rôle de premier plan dans la relève d’une droite autoritaire, corporatiste et fédéraliste, qui laissera une empreinte durable sur les élites genevoises. Par ailleurs, entre la fusillade de Plainpalais et le procès de Nicole et consorts, Hitler prend le pouvoir. C’est pourquoi, après le traumatisme de Genève, le mouvement ouvrier suisse va se rallier très vite à la Défense nationale et à la paix du travail, faisant ainsi de novembre 1932 une ligne de partage de l’histoire sociale et politique du pays. Jean Batou est Professeur d'histoire internationale contemporaine à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l'Université de Lausanne. Ses recherches et publications explorent l’histoire de la mondialisation contemporaine et des mouvements sociaux d’émancipation.

 

Jean Batou est Professeur d'histoire internationale contemporaine à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l'Université de Lausanne. Ses recherches et publications explorent l'histoire de la mondialisation contemporaine et des mouvements sociaux d'émancipation.


 

TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg