Littératures en traduction | Collection bilingue

Fabio Pusterla | Une voix pour le noir. Poésies 1985-1999

Rut Plouda | Comme si de rien n'était/Sco sca nüglia nu füss

Daniele Pantano | Dogs in untended fields/ Chiens dans des champs en friche

Alberto Nessi | Poèmes choisis, 1969-2009

Andri Snær Magnason | Bônus + 33%

Francesco Micieli | Ich weiss nur, dass mein Vater grosse Hände hat / Je sais juste que mon père a de grosses mains

Klaus Merz | Hart am Wind/Tout près du vent

Leopoldo Lonati | Le parole che so / Les mots que je sais

Pierre Lepori, Qualunque sia il nome / Quel que soit le nom

Thilo Krause | Und das ist alles genug / Et tout cela suffit

Nora Gomringer | Klimaforschung/Recherche climatique

Zsuzsanna Gahse / Logbuch - Livre de bord

Américo Ferrari | Figura para abolirse/Figure pour s'abolir suivi de La fête des fous/Fiesta de los locos Forteresse européenne et les réfugiés

Beat Christen | Leer réel

Pierre Chappuis | Pleines marges

Erika Burkart | Langsamer Satz/Mouvement lent

Yari Bernasconi | Nuovi giorni di polvere/Nouveaux jours de poussière

Fabiano Alborghetti | Registro dei fragili / Registre des faibles

Fabiano Alborghetti | L'opposta riva/La rive opposée

Leonardo Zanier | Libers di scugnî lâ/Libres de devoir partir/Liberi di dover partire Poèmes 1960-1962

Yari Bernasconi | Nuovi giorni di polvere/Nouveaux jours de poussière

Yari Bernasconi
Nuovi giorni di polvere/Nouveaux jours de poussière
Traduit de l'italien par Anita Rochedy

Coll bilingue. Coédition Centre de Traduction Littéraire de Lausanne et Service de Presse Suisse

1.03.2018 | 12,5 X 20,5 | broché | 176 p.
ISBN 978-2-8290-0569-5
CHF 28.- | € 19.-

 

 

 

 

Nouveaux jours de poussière est la traduction du recueil de poèmes de Yari Bernasconi, Nuovi giorni di polvere (Casagrande, 2015).
La première partie du recueil s’ouvre et se ferme en chiasme sur un paysage de ruines et d’abandon : Lettre de Dajevo. L’instance narrative se partage entre deux voix, celle à la première personne qui fait echo à celle d’un « tu » qui l’accompagne dans une traversée marquée par les horreurs et les désastres qui se trouvent historiquement stratifiés dans la réalité.
De l’Estonie ravagée à la longue liste des morts lors des travaux du tunnel du Gothard, de l’histoire d’un eugénisme caché en Suisse envers les gens du voyage à l’éruption du volcan Merape en Indonésie, ou des pérégrinations dans la lande irlandaise aux traversées de paysages italo-suisses, le témoin – le « tu » – révèle les indices de ces univers dévastés. La deuxième partie de ce recueil au titre sans illusion – Il n’est pas vrai que nous serons pardonnés – signifie l’implacable situation de celui qui hérite d’un passé qui fait irruption dans le présent sans aucune consolation possible et de celui qui risque par son indifférence ou son inattention de prolonger le désastre qui marque notre époque.
 

Yari Bernasconi est né en 1982 et vit à Berne (Suisse). Il a publié entre autres les plaquettes et recueils de poésie suivants : Lettera da Dejevo (Alla chiara fonte, 2009), Non è vero che saremo perdonati (dans l'anthologie Undicesimo quaderno italiano di poesia contemporanea, Marcos y Marcos, 2012), Da un luogo vacillante (Isola, 2013), Nuovi giorni di polvere (Casagrande, 2015,  Prix Terra Nova 2016 de la Fondation Schiller) et La città fantasma (Nervi, 2017).

Anita Rochedy est la traductrice de deux récits de Paolo Cognetti : Le garçon sauvage (Zoé, 2016) et Les huits montagnes (Stock, 2017).


TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg