Edouard Höllmüller | Dérives - Essai de sur-vie

Edouard Höllmüller
Dérives - Essai de sur-vie
 

2015 | 11.5 x 16.5 | broché, collé | 112 p.
ISBN 978-2-8290-0528-2
CHF 10.- | € 6.-

Collection : en bas poche

 

 

Une critique en règle des dérives environnementales et culturelles au regard de la « crise de l’esprit » (Valéry).
Suscité par la Fête congolaise du livre en novembre 2015 qui avait pour thème l’environnement, cet essai pamphlétaire aborde la « sur-vie » après la pré-vie et la vie (selon Teilhard de Chardin) dans la triple dimension de la nature, de la culture et de la spiritualité. Édouard Höllmüller revient sur ses pas de jeune enseignant au Congo par une écriture poético-politico-prophétique. « Me revoici donc « engagé », comme à l’époque où j’entamais à Kinshasa un dialogue de société qui m’aura marqué à vie. Une nouveauté de taille : l’énergie spirituelle. Dans les années 60, tout était en place et démontrable ; le structuralisme se chargeait de déconstruire et concluait qu’objectivement, toute chose, toute valeur « n’était que » ceci ou cela. Aujourd’hui cette démarche s’essouffle, à preuve les dérives et soubresauts de l’intégrisme laïc qui se voudrait le pilier des valeurs françaises. Et parallèlement, la quête du sur-réel se manifeste sous les formes les plus diverses, comme si la conscience mondialisée réagissait à une sollicitation dont nous ne saisissons pas encore la portée ; comme s’il y avait une électricité cosmique à capter. Bref, l’environnement a acquis à son tour une dimension spirituelle qu’on aurait tort d’ignorer plus avant. C’est cette prise de conscience qui m’a décidé à oser ce livre. » Entre l’Europe et l’Afrique, l’auteur explore la maltraitance infligée à la terre tout comme les relents d’un néocolonialisme qui oblitère toujours la « francophonie », et explore les dimensions spirituelles aussi bien sur le plan de la réflexion critique que de l’action civique, environnementale et culturelle.


On doit à Edouard Höllmüller la traduction de Nebenaussen de Christian Schmid, Aux bornes, et de Blaue Mauer de Katharina Zimmermann, La crête bleue, chronique jurassienne ainsi qu’une contribution au Chameau dans la neige, recueil collectif sur la migration, (éd. d’En bas, 2005, 2009 et 2007). En 2012 paraît chez le même éditeur son récit de vie L’envol, fragments de langue paternelle, suivi en novembre 2015 de Dérives, essai de sur-vie.


TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg