Jacqueline Voillat | Rencontre avec la nuit

Jacqueline Voillat
Rencontre avec la nuit
Sur le suicide assisté

2012 | 14 x 21 | relié | photos n/b | 144 p.
ISBN 978-2-8290-0420-9 
CHF 24.- | € 15.-

 

 

 

« Je t’avais promis d’écrire un livre sur toi. Nous étions à la cafétéria de l’hôpital, à l’une de ces tables rondes non loin de la machine à café, près des plantes vertes. À cette époque, tu passais déjà tes journées dans le fauteuil roulant que tu haïssais, qui symbolisait ta condition de femme totalement dépendante. [… ]

À mes paroles, tu avais souri un peu, d’un sourire que je n’arrivais plus à traduire, qui ne signifiait plus rien d’intelligible pour moi, sinon la vanité de ma promesse. Qu’est-ce que cela pouvait bien te faire, que j’écrive un livre sur toi ? De toute façon, tu ne serais plus là pour le lire !

Non. Ce qui occupait ton esprit, c’était ta prochaine rencontre avec la mort. Maintenant, la lutte était derrière toi, la date du rendez-vous fixée, les modalités connues. Comme tu perdais un peu la mémoire, il fallait souvent te les rappeler : dans trois semaines, le samedi 12 mai à 10 heures. »

Trois ans après le départ de sa mère, Jacqueline Voillat prend la plume avec courage pour accomplir la promesse faite à sa mère, et nous donner à lire ce témoignage tout à la fois lucide et émouvant. Elle rend ainsi hommage à sa mère qui, avec opiniâtreté, a obtenu que l’on reconnaisse son souhait et son droit de quitter ce monde volontairement et dignement avec l’aide de l’association Exit.

Ce livre ne cache en rien les difficultés et les questionnements, sur le plan affectif, éthique et politique, qu’un tel geste représente pour les proches, les soignantes et les soignants, mais aussi pour les autorités et la collectivité dans son ensemble, c’est-à-dire chacune et chacun d’entre nous. Il a le mérite de dire les choses avec franchise, de raconter cette expérience bouleversante sans faux-fuyant et d’affronter les peurs que suscitent la séparation et la mort. Il nous livre ainsi un message d’espoir et d’amour.

Jacqueline Voillat est née en 1942 à Lausanne. Après sa scolarité, elle entreprend des études à l’école des Beaux-Arts et travaille comme graphiste dans la publicité. Par la suite, attirée par la pédagogie, elle enseigne pendant vingt-neuf ans en tant qu’institutrice primaire à Bussigny-près-Lausanne, où elle est domiciliée. Jacqueline Voillat a toujours privilégié l’écriture comme moyen d’expression. La retraite lui accorde enfin le temps de se consacrer à cette passion.

Peinture en couverture : Extrait de l’œuvre « L’île des morts (1re version), 1880 » d’Arnold Böcklin © Kunstmuseum Basel, prêt permanent de la Fondation Gottfried Keller 1920.

TwitterG+LinkedInDiggDiggDiggDiggDigg